Commentaire des passages d'Evangile relatant le Baptême de Jésus

« Alors, paraît Jésus, venu de Galilée  jusqu’au Jourdain  auprès de Jean 
pour se faire baptiser par lui »
(Mathieu 3,13)

Pourquoi Jésus a-t-il besoin d’être baptisé  puisque dès l’Annonciation, l’ange décline à Marie l’identité de celui qu’elle concevra   : « Tu concevras un Fils, c’est le Fils de Dieu,  Tu lui donneras  le nom de Jésus, Il règnera sur la maison de David…Son règne n’aura pas de fin » (Luc 1, 26-38).

Les Evangélistes  Matthieu,  Marc, Luc et Jean,  chacun à sa manière et en fonction de l’auditoire auquel il s’adresse - en  nous relatant   le baptême de Jésus - nous aident à entrer dans le Mystère du Fils de Dieu et de notre filiation adoptive.

Pour Matthieu, Jean Baptiste  voulut s’opposer au Baptême mais Jésus insiste car il est venu  accomplir toute justice, c’est-à-dire  la fidélité  radicale à la volonté de Dieu.  En se faisant baptiser, c’est un fort signe de solidarité avec les pécheurs (Mt 3, 13 -15) et déjà une manifestation étonnante qu’il n’est pas un Messie triomphant ; et c’est seulement à la mort de Jésus que le centurion romain découvrira qu’il est Fils de Dieu (Mt 27, 51-54).

Dans l’Evangile de Marc  Jésus vient se faire baptiser (Mc 1, 9-11). Jésus vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre  comme une colombe  …   c’est à Lui  que s’adresse cette voix comme une parole de révélation  : « Tu es mon Fils ». Par contre dans l’Evangile de Matthieu  3, 15-17 : voici que les cieux s’ouvrirent  et la parole divine  devient  une désignation : « Celui-ci est mon Fils bien aimé » en lien avec le serviteur d'Esaie  42, 1. Le baptême du Fils de Dieu est bien une création nouvelle, suggérée par la colombe, symbole de  l’Esprit.

Quant à Luc, en s’appuyant sur le Psaume 2,7, il montre que Jésus inaugure sa mission messianique  en communion avec son Père, et  c’est en ce sens que l’Evangéliste Jean,  au verset  32 du chapitre 1, n’ indique pas  que  Jean Baptiste ait baptisé Jésus, mais  qu’il fut  le témoin d’une vision : «  J’ai vu  l’Esprit, tel une colombe  descendre du ciel  et demeurer sur Lui ». Demeurer sur lui comme une réalité qui indique  une présence permanente de l’Esprit en Jésus auprès des hommes.  Partout où Il passera il fera le bien.

Prendre le temps de m’imprégner de la Parole relative au Baptême de Jésus m’a invitée à prendre davantage conscience du désir du Père  que tous  les hommes deviennent ses fils. C’est dans la joie profonde de me sentir  fille de Dieu  que je  chante  cette strophe de l’hymne  de Laudes :

Peuples,  criez de joie  et bondissez  d’allégresse  :
Le Père envoie son fils  manifester  sa tendresse :
Ouvrons les yeux  Il est l’Image  de Dieu 
Pour que  chacun le connaisse 

Sr Marie-Bertrand Fahrasmane, Trois-Rivières (Guadeloupe) 

7 Janvier 2018

 

Salva Stampa Esci Home